Categories: Editorial
      Date: nov. 16, 2011
     Title: Anniversaire et Hommage au Dinosaure des arts en Algérie...
Même s’il n’y a pas transparence de rigueur, de revendications constructives, de débats de clarifications, et changements inéluctables.


ANNIVERSAIRE

Arroussi Abdelhamid le puissant président de l’UNAC l’union des artistes algériens toutes catégories confondues (art plastique, cinéma, théâtre….etc) fête plus de 25 ans à la tête de l’Association Nationale des Arts culturelles.

En passe de battre le plus long record de longévité (si ce n’est pas déjà fait) dans l’histoire associative du monde entier. Survivant à cinq présidents alg...ériens, la chute du mur de Berlin, la décennie noir, le 11 septembre 2001, les deux guerres du golfs, la chute de Benali-moubarek et Kaddafi, à 02 Tsunamis, au séisme de Boumerdes, la mort de Michael Jackson, le crash boursier de 2008 …

 

Photo sans montage : Rencontre d'été la villa Angellevy de Tipaza du 20 juillet au 31 Août 2008... Une couronne ou un coup sur la tête ?

Si son règne accommode certains par rapport à d’autres, il réussit à maintenir la seule galerie d’art de l’union ouverte sur 2 381 741 km2 (même s'il n'ya pratiquement pas d’activité comme avant). Mais sur l’essentiel et formellement, le fait que les membres adhérents à l’union nationale des arts culturels maintiennent les directoires nationaux et structures locales en l’état, laisse croire qu’il n’y a aucune raison de changer.

Même s’il n’ y a pas transparence de rigueur, de revendications constructives, de débats de clarifications, et changements inéluctables. Même si bien des choses restent à faire, notamment la principale revendication du statut de l’artiste, accompagné d’une stratégie de développement de l'investissement culturel « sujet » à des moyens humains et matériels, à un cadre administratif et juridique compétent, d’une logistique adaptée. Assortis d’une protection sociale, un minimum social, un accès immédiat aux soins, la possibilité d’hébergement de circonstance et le bénéfice de l’habitat individuel ou familial, des espaces pour exposer, des ateliers pour travailler, pour former et monter des projets. En plus d’une meilleure intégration des projets artistiques dans les cahiers de charges projets (architecture, décoration, aménagement…etc).
 

HOMMAGE donc au Dinosaure des arts en Algérie.

À défaut de changer les personnes, pour quoi ne pas changer définitivement la loi pour une présidence à vie, à tous les niveaux de la société ?


Tarik OUAMER ALI




founoune sur facebook : www.facebook.com/founoune.art