mercredi 22 octobre 2014    Inscription | S'identifier Accueil | Galeries | Annonces | Radio | English | Contact  

Editorial

18/03/2012

Algérie "L’UNAP RELAYEE PAR L’UNAC" : « La dictature n'est rien d'autre qu'une machine à fabriquer du passé avec de l'avenir. »...


Les Artistes Plasticiens naviguant dans un monde culturel via un flou artistique, à travers une multitude de faits truffés d’anecdotes parfois croustillantes, que certains se trouvent aujourd’hui vieillissants dans un environnement culturel paupérisé...
Catégorie : Editorial
« La dictature n'est rien d'autre qu'une machine à fabriquer du passé avec de l'avenir. » Pierre Mertens

L’UNAP  RELAYEE PAR L’UNAC


La différence entre l’UNAP et l’UNAC n’existe pas si ce n’est dans les temps qui ont changé et si cette différence existe c’est que l’UNAC est devenue héritière de l’UNAP avec en plus d’autres secteurs culturels confondus qu’on lui a greffés et qui n’ont fait que fragiliser son autonomie de gestion et rendre sa mission difficile.

Peut-on déjà parler de la stratégie de l’UNAC? Si oui, comment la définir, l’évaluer par rapport au passé de l’UNAP et par rapport aux changements actuels ? Quelles perspectives théoriques et pratiques une telle remise en situation et remise en question, dégagent – elles pour les artistes jusqu’aux avant-gardes les plus présentes, bien, des œuvres, des actions, des rêves.

Le fait de changer de dénomination, dans le passage de l’UNAP à l’UNAC a-t-il apporté quelque chose de nouveau, lorsque, on sait que l’effort en matière de politique culturelle consenti par le Conseil Culturel Consultatif constitué par des intellectuels en I99O, n’a nullement changé les choses et les projets proposés par ce conseil n’ont jamais été mis en chantier. Cette situation a engendré de nombreux malentendus favorisant un statu quo trop préjudiciable à la production et à la connaissance.

L’UNAP avant son éclatement s’ordonne selon un seul discours au temps du parti unique. En devenant UNAC, elle s’ordonne selon plusieurs discours d’un pluralisme politique mais qui a proposé, chemin faisant sa propre diffusion de la culture, ou plutôt des cultures, nous livre la présentation de maints jeunes artistes et tente ce qui pourrait être une approche des rapports entre les artistes des trois générations, mais aussi pour sa quête participante dans le contexte des activités culturelles et artistiques.

L’UNAC s’est trouvée confrontée durant la décennie noire sept ans après sa fusion avec tous les secteurs culturels confondus et souffrant déjà de la charge culturelle qu’elle assumait pour jouer le rôle de transmission entre ces structures culturelles, elle s’est trouvée presque incapable de surpasser les difficultés contingentées pour se livrer à des performances dans l’ordre d’une culture nationale.

La violence s’était instaurée dans tout le pays. Le spectre de la mort régnait. La communication des œuvres se trouvant presque coupée entre les artistes mais cela n’a pas empêché l’UNAC en dépit de ce syndrome auquel toute l’algérie était confrontée de relever les défis en diffusant les lueurs d’une culture qu’on a voulu occultée et détruire et jamais encore déjà plus de vingt années, l’UNAC n’avait été aussi présente sur la scène culturelle.

L’effort consenti par l’UNAC demeurait louable. Le défi est lancé et on pourrait en dresser un inventaire dont l’ensemble composerait une évidente réussite, si seulement on se rendrait compte des efforts que l’UNAC a consentis pour traduire sa lutte et manifester son existence.

L’UNAC s’est inspirée de l’expérience unique de sa lutte pour l’équilibre, pour décider du rôle qu’elle devait jouer sur la scène nationale et internationale ayant pour devise : « Pour une Algérie unie et solidaire » et qui a pour buts essentiels :

- De sauvegarder les intérêts des artistes
- D’inciter à la création des espaces culturels à travers le territoire
- De sensibiliser les sections de l’UNAC  implantées à travers le territoire
- National pour une meilleure prise en charge des Arts Plastiques
- D’encourager les courants artistiques qui sont confrontés par les rapides progrès des techniques industrielles qui sont à l’origine des réalisations modernes et à partir desquelles il fallait découvrir une expression contemporaine.

Plaidoyer pour une méditerranée unie et solidaire


Et comment être un facteur pour l’édification d’un espace culturel maghrébin, pour une meilleure place de l’art arabo-musulman en Occident et pour un dialogue des cultures entre les deux rives de la Méditerranée qui a vu naître les trois religions monothéistes.

- D’œuvrer à l’instauration du dialogue et de la paix entre les peuples pour favoriser le développement artistique.


- De faire face aux défis multiples que lance la mondialisation.

- Pour la création d’une tribune méditerranéenne comme banque de données où il faudra implanter l’environnement lui-même avec ce  pôle en question.

Cette tribune donne l’occasion de créer un espace de reconstitution pensé, comme un lieu de transition et non comme la fin d’un parcours. Toute l’originalité de la démarche réside dans ce désir d’aider les artistes à promouvoir une culture en matière d’art dans les destinations méditerranéennes et dans le monde.

L’UNAC puise encore plus aujourd’hui presque tous les thèmes de la quête arabe à l’occasion de l’année culturelle arabe 2007 en Algérie. L’UNAC les aura vécus, elle les vit encore aujourd’hui à son haut degré de brûlure et de courage pour trouver les échos les plus retentissants.

POUR UN ESPACE D’EXPRESSION

Le superficiel et l’idéologique l’ont toujours emporté sur le culturel sans que l’on puisse jamais parvenir à une vision globale, mieux étudiée et allant au – delà des clichés !

Nous sommes passés d’un parti unique au pluralisme et malgré tout pluralisme l’espace d’expression culturelle a toujours été un champ de batailles interminables de passions et de luttes souterraines.

Aujourd’hui trois fronts se confrontent sur le plan linguistique. Certains partis politiques s’entredéchirent pour des intérêts qui, au lieu de servir le pays ne visent que leurs intérêts et n’hésitent pas à dévoyer tout ce qui est culturel, tout ce qui artistique.

L’espace d’expression des arts est fondamentalement lié à l’ambiguïté historique du statut de l’artiste, car cet artiste reste toujours confronté au problème de l’absence d’un statut qui le protège et lui garantit ses droits dans un pays traversé à la période contemporaine par un certain nombre de questions et d’incompréhensions auxquelles il n’a jamais été possible de remédier véritablement.

Les seules tentatives faites pour trouver des solutions sont restées inachevées laissant des problèmes fondamentaux dans l’ombre ou ne les abordant que de manière partielle et limitée et choisissant plutôt – en l’absence de véritables espaces démocratiques d’expression – l’exclusion.

Il est évident que les raisons sont justifiées par l’absence de débats véritables et de critiques objectives, il y a comme un laissez – aller et une désertification de la créativité : nous assistons à un désordre dû au manque de typologie et de compartimentations artistiques, les artistes s’auto classifient car il n’ y a pas de décryptage et de décodages dans le système artistique…ni de commissions d’évaluation, aucune politique culturelle n’a été abordée jusqu’ici ou plutôt les tentatives étaient très limitées. La critique en Algérie a souvent été une critique linguistique (du texte) ignorant la critique de l’œuvre elle-même, en l’occurrence les Arts Plastiques, le théâtre, le cinéma, le dialogue, et le Public. Elle est très limitée et obéit à nombre de considérations.

Peut-être, les meilleurs œuvres peintes, écrites, parlée et filmés ne se trouvent pas encore dans les Musées et autres institutions étatiques et même privées, et comme disait Tolstoï : « Les grandes œuvres ne sont grandes que parce qu’elles sont accessibles et compréhensibles à tous.»

« Comment se positionner où se reclasser culturellement dans le nouveau contexte de la mondialisation » quand on sait que la seconde guerre mondiale a marqué une profonde rupture dans la vie artistique en Europe d’abord par les bouleversements qu’elle a provoqués, mais aussi parce qu’elle a entraîné de façon un peu plus prévisible un  profond reclassement.





Aujourd’hui, l’heure est au changement


Mais malheureusement, aujourd’hui, ce n’est pas le cas et que la situation et autre que celle qu’on avait annoncée en haut.

Aujourd’hui, les temps ont changé depuis, et que les objectifs qui échoient à l’UNAC énoncés ci-dessus, ne voient pas le bout de tunnel, et que l’on découvre de jour en jour les anciennes pratiques héritées depuis l’UNAP, et qu’il est des moments marqués par des événements qu’on ne peut occulter ou passer sous silence sans que l’on s’attarde pour mieux les méditer, non sans regret eu égard aux conséquences néfastes qu’ils produisent sur la société en matière culturelle et sur la situation confuse et désastreuse que traversent les Artistes Plasticiens. Ceci nous procure aussi le besoin évident de les dénoncer de façon publique, tant la passivité complaisante et criarde.

Les Artistes Plasticiens naviguant dans un monde culturel via un flou artistique, à travers une multitude de faits truffés d’anecdotes parfois croustillantes, que certains se trouvent aujourd’hui vieillissants dans un environnement culturel paupérisé.

Il est inutile aujourd’hui d’invoquer la « fibre patriotique » ou de ressasser les inénarrables slogans populistes, car y a-t-il, un seuil de tragédie au-delà duquel l’Algérie en n'a pâtit et en a souffert. Ce syndrome auquel l’Algérie a été confrontée durant les années noires et sombres. Pour cela, l’UNAC est-elle capable aujourd’hui de relever les défis. Nous dirons OUI, mais à condition que l’UNAC assume ses responsabilités en commençant d’abord par la tenue d’une ASSEMBLLEE GENERALE qui n’a pas eu lieu depuis les années 8O, afin de permettre aux artistes d’élire leurs représentants en toute démocratie, car l’heure est au changement.

Ammar Allalouche

Constantine 2012









founoune - art & média d'Afrique du Nord - 16a, rue mercurie, Alger, Algérie - email: info@founoune.com
conditions générales - ajouter aux favoris - mettre en page d'accueil