dimanche 20 avril 2014    Inscription | S'identifier Accueil | Galeries | Annonces | Radio | English | Contact  
13/04/2014

Quels enseignements majeurs du scrutin municipal 2014 ?


Nous avons observé entre 1995 et 2007 une sacrée évolution. Des familles ou regroupements influents dans leur cité ou la ville, se sont détachés franchement de la tutelle du PS, pour monter ou renforcer des listes opposées. Ouvertement, comme s’en faisant une profession au bénéfice de leur collectivité singulière, restreinte, procurant sans doute de plus en plus de contreparties (emplois communaux - logements - associations financées convenablement - avantages sociaux - associations bien arrosées ). En 2014, dans cette ville socialiste depuis trente ans, Gilou-Lafolle , ces regroupements singuliers qui s’étaient offerts sans états d’âme au PS, se sont donnés aux Radicaux de Gauche, puis Verts etc…., pesant sacrément lourd dans le système déviant de la démocratie électorale locale. Et plus tard, afficher parti fictif, se donnant au plus offrant par le jeu des alliances du deuxième tour....
Catégorie : Chronique

Quels enseignements majeurs du scrutin municipal 2014 ?

1- « Le commencement de la fin ».
Pour l’essentiel, le naufrage du PS français signifie surtout le "commencement de la fin" de l’utilisation du clientélisme partisan, organisé comme moyen déterminant d’implantation électorale avec, au bout du compte, une récupération florissante de suffrages. Et propagande ininterrompue locale, par le plus malin des deux partis qui a aussi su, opportunément, quadriller depuis le temps géographiquement le pays dans ses nouvelles extensions urbaines. Car jusqu’a dernièrement, le clientélisme est devenu un fait de politique plus que toléré, opérant, qui rapporte gros en bulletins de vote, notamment en « citées sensibles, quartiers difficiles, zones fragiles, prioritaires…, diversités diversifiées… ». Et autres fadaises de vocabulaire, pour nier les cruelles évidences concernant l’existence incontournable de poches de misère, éluder le problème, jouer habilement au protecteur de la veuve et de l’orphelin.

Il apparait que cette considérable clientèle, chasse-gardée traditionnelle du PS, massivement concentrée dans les banlieues en grande difficulté d’existence citoyenne, ait désormais pris conscience de son droit d’affirmation électorale. De l’importance de sa force politique relative, dans le jeu aux dès pipés que représente le moindre scrutin publique politique. Et constituer une force mûre, apte à se libérer d’une vieille étiquette politique socialisante, prétendue protectrice, en utilisant l’abstention ou vote d‘opposition. Comme une manifestation péremptoire de divorce d’avec une bergerie républicaine dominante, ayant fait ses preuves de manipulation de la grande faiblesse humaine, déjà sur le terrain de l’empire colonial que l’on prétend défunt. Et rupture d’avec le système politicard de gauche, réputé disposer d’un droit de propriété et de gardiennage, sur des peuplements naufragés de l’histoire, naturellement, en conséquence d’ un vieux partage consensuel d’exploitation léonin des classes, survenu depuis 1936.



Photo reconstitution : Mohamed BOUROUISSA
http://www.espacebeaudouin.com/bourouissa



2- « Le cave se rebiffe »
Or, la contestation des laissés - pour - compte des banlieues a pris forme, à l’épreuve du long chemin d’apprentissage du commerce démocratique partisan, le fameux monde associatif assisté, militant alimentaire à la traine des partis politiques aux affaires locales. Donc la « clientèle des poches de misère » en cause entendait de plus en plus négocier son suffrage, devenir maitresse de l’expression de ses messages, trancher avant le passage à l’urne. Pour y faire, imposer une existence collective singulière comme d’autres fragments corporatistes, communautaires, ayant fini par peser lourdement sur les scrutins et carriérisme politique pour une place sociale privilégiée. Agir par conséquent au plus offrant, par l’utilisation d’offres à destination de nouveaux canaux politiques, plus larges, et autres voies gelées par les socialistes, trop longtemps seuls aux manœuvres électoralistes en cités en rade. Car jusque là c’était sur l’instinct grégaire de survie, ou sur les peurs des anciens sujets de la république, que la manipulation dite « de gauche droit-de-l’hommiste » avait pu s’assurer du vote de la grande pauvreté de ces peuplements naïfs.

Et par prévention diabolique, en agissant sur les enfants, au moyen d’un enseignement public formaté, entre les mains d’enseignants encartés socialistes , dont beaucoup devenant naturellement élus politiques locaux se chargeront, cette fois de manipuler leurs élèves infantilisés d’hier, devenus leurs électeurs adultes apeurés d’aujourd’hui !

3- « Le réveil de la cité »
Voilà que chemin faisant les laisser - pour - compte avaient déjà, lors des précédents de 1996 et suivants des suffrages locaux bidouillés, exigé et obtenu un peu plus de représentation sur les listes électorales socialistes, en contre partie de la mobilisation béni-oui-oui de leurs divers peuplements. On enregistra quelques progrès, sur les fins de listes de figurations des candidats, et beaucoup de fumisteries.

Nous avons observé entre 1995 et 2007 une sacrée évolution. Des familles ou regroupements influents dans leur cité ou la ville, se sont détachés franchement de la tutelle du PS, pour monter ou renforcer des listes opposées. Ouvertement, comme s’en faisant une profession au bénéfice de leur collectivité singulière, restreinte, procurant sans doute de plus en plus de contreparties (emplois communaux - logements - associations financées convenablement - avantages sociaux - associations bien arrosées ).

En 2014, dans cette ville socialiste depuis trente ans, Gilou-Lafolle , ces regroupements singuliers qui s’étaient offerts sans états d’âme au PS, se sont donnés aux Radicaux de Gauche, puis Verts etc…., pesant sacrément lourd dans le système déviant de la démocratie électorale locale. Et plus tard, afficher parti fictif, se donnant au plus offrant par le jeu des alliances du deuxième tour.

Quoique …

Puisque les deux femmes leaders de nouveaux partis localement en lice, Verts et Radicaux de Gauche ( ?), constituaient en fait des chevreaux de Troie du PS.
Et une fois de plus les cousins roulés dans la farine …

4- « Le mot de la fin »
En 2014, les socialistes ont pris la claque. victimes en retour de manipulations usées, provenant à l’évidence d’une vieille pratique d’exploitation de peuplements soumis. Réveillés à la longue de leur comas le populo.

A la longue, la démocratie parlementaire électoraliste clientéliste, de réseaux, à définitivement ruiné toute idée de constitution populaire républicaine.

Ce n’est pas de numéro de République qu’il faille changer, mais de système démocratique d’exploitation sociale et des idées du contenu mensonger qu’il importe de reconsidérer, de fonds en combles.

Hélas c’est là un tabou, intouchable. Car la presse, les autres médias, la classe dite moyenne chargés ensemble de maintenir par la misère sociale, une mise sous éteignoir de la pauvreté nationale, veille au grain et gros bénef ! Et d’expérience, l’opposition politique partisane, est instamment complice du tour de passe-passe.


Farid Talbi
email : lyon228ruisseau@yahoo.fr
galerie : www.founounes.com/talbifarid


________

/ les chroniques de Farid Talbi sur le site founoune.com sont bénévoles
/ la photo ou vidéo accompagnant le texte chronique n'est aucunement l'illustration du texte. La composition est propre au site founoune.com - (founounes.com).
/ toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ou existeront ne serait que pure coïncidence !































founoune - art & média d'Afrique du Nord - 16a, rue mercurie, Alger, Algérie - email: info@founoune.com
conditions générales - ajouter aux favoris - mettre en page d'accueil