Jeudi 18 Decembre 2014

Accueil | Galeries des artistes | Petites annonces | Radio | English | Contact  

 
     








Talbi Farid

Documents

02/07/2011

Réponse / juin 2011

Réponse à un ami ( écrit /reprise )
Catégorie : Intramuros
par : Talbi Farid


De «  « l’expressionnisme au réalisme pictural social algérien » / Farid Talbi -‘


( réponse à un ami qui me questionnait ( -reprise d‘un écrit - juin 2011)
------------------------------------------------------------------------------



Une question me tracasse.
N’ayant jamais étudié l’art pictural la terminologie « expressionnisme au réalisme social », dont je me prévaux, procède d’une définition personnelle littéraire. Sans doute peu ou pas en rapport avec ce qu’il en ressort de l’enseignement et des canons de la peinture, que je ne connais pas du tout. Et qui ne m’intéressent pas. Cette posture de « non demande en mariage » est intervenue au bout d’un long cheminement ; puisque j’ai pratiqué des années durant, les représentations classiques des scènes de la vie, du portrait, du paysage et nature morte, veillant scrupuleusement à me conformer à l’observation et reproduction classique ou que je croyais telle, purement visuelle des sujets. Je ne suis jamais arrivé à exprimer, de la sorte, le moindre sentiment qui me tenaillait, en peinturlureur béat. La thématique et la technique bridées, obsédé par l’esthétique, j’ai fait dans la carte postale touristique minable ou l’orientalisme de platitude, inerte désobligeant et affligeant. A la longue, peindre avec une absence manifeste de talent en rapport au travail illustrissime des très rares maîtres classiques, définitivement figés, reconnus comme tels , m’indisposait. La voie moutonnière empruntée jusque là, ne me convenait pas du tout, essentiellement par tempérament. Car algérien jusqu’au tréfonds de la dernière fibre de sensibilité et de susceptibilité qui m’habite, et d’avantage ou pire quand l’on vit loin de son enracinement, j’avais à dire la peinture autrement, à ma manière, comme j’en déciderai, en relation avec mes rapports personnels de société, brutalement sans doute, quel qu’en fut le résultat sur la toile. Je me contrefichais royalement des appréciations convenues de l’art. La démarche demeurait avant tout de nature intellectuelle personnelle. J’ai donc été conduit, un jour, à détruire l’essentiel des toiles précédentes inexpressives , pitoyables, désolantes à observer , m’engageant résolument dans la voie d’une liberté seyant désormais tout à fait à mes sentiments, ma vision de la peinture . Et par hasard, dans un environnement étranger, pas toujours hospitalier, surprenant de découverte, de déception, de bonheur et d’inspiration. Je peignais désormais comme bon me semblait et comme il me plaisait de le faire, tout simplement mes perceptions imagées de la vie, et de l’existence, de l‘inexistence.
J’utilise en amateur (aimer), comme je sais, mes propres techniques de préparation et d’application de la peinture, suivant la recherche d’effets escomptés (par étalement à la brosse, au couteau, en coulée, application manuelle directe et « coups de main » ardus maîtrisés   , surtout travail spécifique sur la charge et la viscosité, et séchages particulièrement étudiés et compliqués à souhait, …..). Quant à la thématique, elle demeure pour moi face à mon chevalet, une question de regard incisif notamment de l’observation sociale critique , dans un état d’esprit disposé en permanence à toutes les audaces de reproductions . Un truc tout simple, de curiosité et perspicacité, épris avec passion d‘un art. Que j’ai découvert, sur le tard, comme impitoyable à l‘égard de l’immobilisme, le bricolage, la falsification, la bêtise et la médiocrité. Du moins en mon esprit.
Donc expressionnisme au réalisme social, avec ce qui distingue l’âme particulière et construite de l’algérien marqué par la singularité de son histoire, son époque et, des découvertes personnelles surprenantes, dans un univers troublant d’enseignements dès qu‘il s‘élargit. A perspective de face et sans limite de la vision objective du monde, ou dans la rétro de ma culture parentale lointaine et formidable.
D'où ma question : expressionnisme au réalisme social algérien, convient-il à ma façon très personnelle de peindre ?
Introspection ! Hommage à mon père .


Coup de coeur !

Coup de coeur

EVASION-(214 -h- )
Une maison immense et vide . Une trappe dans le plafond d’une pièce immense ...

par : Talbi Farid


  Dernieres annonces

dans : Art contemporain
le : 2014-10-27 04:17:44
dans : Cinéma | Théâtre
le : 2014-09-03 04:24:51
dans : Musique | Spectacles
le : 2014-06-02 09:18:49
dans : Art contemporain
le : 2014-05-24 10:25:31

Plus ...






founoune - art & mdia d'Afrique du Nord - 16a, rue mercurie, Alger, Algrie - email: info@founoune.com
conditions gnrales - ajouter aux favoris - mettre en page d'accueil