SVP abonnez-vous ou connectez-vous pour envoyer une annonce.

Annonce Détails
Catégorie Presse | Média | Pub
Créée 07-03-2013
Annonceur founoune
Type Evénement
Titre Les Rendez vous du CCA (Paris) Mars 2013
Hommage Alloula

Hommage à Abdelkader Alloula - Mardi 12 mars 2013 à 19H00 (projection du film 19 Rue de Mostaganem annulée)

Une rencontre sera organisée mardi 12 mars 2013 au Centre Culturel Algérien en hommage au défunt Abdelkader ALLOULA, en présence notamment de sa fille Rihab ALLOULA, de Yahia BELASKRI, journaliste et écrivain et de Mme Lamia BEREKSI MEDDAHI, auteure d'une thèse intitulée: Culture populaire et jeux d'écriture dans l'oeuvre théâtrale.

Abdelkader ALLOULA est né le 8 juillet 1939 à El Ghazaouet (Algérie). Après des études secondaires à Oran, il débute au théâtre en 1956 avec la troupe Echabab. En 1962, il met en scène Les Captifs de Plaute avec l’Ensemble théâtral oranais. Il est appelé en 1963 à faire partie de la troupe naissante du Théâtre national algérien (TNA) et participe à de nombreux spectacles.
Lire la suite

___________________


Rencontre avec Amara Lakhous

rencontre avec l’écrivain Amara Lakhous
rencontre avec l’écrivain Amara Lakhous autour de ses oeuvres - Jeudi 14 mars 2013 à 18H30

Je suis un polygame linguistique!

Né à Alger en 1970 où il a grandi, Amara Lakhous reste marqué par la rue Tripoli qui se trouve dans le quartier de Hussein-dey. « À Hussein-dey, il y a la rue Tripoli, pour moi, c’est la mémoire, c’est l’enfance, ce sont les promenades avec mon père pendant les week-ends. Il y avait des arbres. De très beaux arbres. Très grands. Lorsque je suis retourné à Alger il y a trois ans, je n’ai pas retrouvé ces arbres. Ils ont décidé de construire un tramway. J’étais vraiment triste. J’ai demandé et ils m’ont dit que ces arbres étaient toujours vivants. Ils les avaient déracinés et replantés juste à côté de Kouba. Avant de repartir en Italie, je suis allé les revoir. C’était un salut à mon enfance, à mon père que j’ai perdu il y a trois ans ». Je pense que cette métaphore me représente.
Lorsque j’ai émigré en Italie en 1995, je me suis déraciné de l’Algérie, mais je me suis replanté. J’ai replanté dans la culture italienne (notamment dans la langue et la littérature) mes racines berbères, arabes, musulmanes. Bien sûr, en Italie, il y a aussi une histoire très importante. Pendant plus de deux siècles, la culture arabe a été la culture dominante au sud d’Italie. Lorsque je vais en Sicile, j’y retrouve mes racines et je me sens chez moi. Mon projet littéraire consiste, dans l’écriture d’un roman, en deux versions. Chaque roman a deux versions, une en arabe, une autre en italien. Mon premier roman, « Choc des civilisations pour un ascenseur Piazza Vittorio » a été publié en Algérie en 2004 en arabe. Puis je l’ai réécrit en italien. Je ne l’ai pas traduit, mais je l’ai réécrit. J’ai travaillé deux ans sur une trentaine de versions. C’était une expérience extraordinaire, une aventure fantastique. Comme dans toutes les aventures, on en connaît le début, le commencement, mais on ne connaît pas la fin. Le roman suivant, je l’ai écrit en italien, « Divorzio all’islamica a viale Marconi »; puis en arabe avec un autre titre « Al-Qahira al-saghira » (La petite Caire). La traduction est assurée par Elise Gruau, qui a déjà traduit mon roman précédent, « Choc des civilisations», publié par Actes Sud et Barzakh en Algerie. J’ai d’abord écrit ce roman en italien, puis je l’ai réécrit en arabe. Ils ont vu le jour la même période. En fait, pour moi, être écrivain c’est avant tout travailler sur la langue, c’est avoir un style personnel. En Italie, je suis l’unique romancier qui écrit en italien et qui réécrit ses oeuvres en arabe. Je pense être aussi un cas particulier en Algérie et dans le monde arabe. La question de la langue m’intéresse beaucoup. J’ai toujours vécu dans un pluralisme linguistique. Je ne peux donc pas vivre avec une seule langue. Un jour, aux États-Unis, j’ai dit que j’étais un polygame linguistique. Ils parlaient des Musulmans, et j’ai dit « voici un polygame, mais un polygame linguistique ».
Lire la suite

___________________

Mohamed ROUANE

Concert de Mohamed ROUANE
Magicien du mandole, Mohamed ROUANE puise sa source d’inspiration dans la musique saharienne qui a bercé sa jeunesse-VENDREDI 15 mars 2013 à 20H30

Magicien du mandole, Mohamed ROUANE puise sa source d’inspiration dans la musique saharienne qui a bercé sa jeunesse.Aujourd’hui, Mohamed ROUANE développe un nouveau style, « le casbah jazz », né d’un métissage de musiques traditionnelles subtilement mêlées au jazz.
Entouré de virtuoses, ce musicien-compositeur nous fait découvrir une musique nouvelle, basée sur des instruments traditionnels.
Une musique révolutionnaire où les instruments traditionnels s’inspirent de ceux de la modernité que la musique exulte. Auteur d’un répertoire riche et varié, Mohamed ROUANE fait vibrer le public par sa musique empreinte de spiritualité et d’évasion.
Lire la suite

_________________


Rencontre Rosa Moussaoui

Rencontre avec Rosa MOUSSAOUI et Alain RUSCIO autour de l’ouvrage «l’Humanité censuré: 1954-1962, un quotidien dans la guerre d’Algérie», suivie de la projection du film «Avoir 20 ans aux Aurès» de René VAUTIER En présence de Moïra CHAPPEDELAINE-VAUTIER, la fille de René VAUTIER- Jeudi 21 mars 2013 à 18H30
L’engagement de L’Humanité contre la guerre colonialiste en Algérie lui valut un déferlement de procès, de censures, de saisies de la part des gouvernements successifs pendant huit ans, quelle que fut leur couleur, de droite ou socialiste. Saisi à 27 reprises, le quotidien fera l’objet de 150 poursuites. Dès novembre 1954, l’envoyée spéciale de l’Humanité en Algérie, Marie Perrot, témoignait des ratissages, de l’usage du napalm et de la torture. Ses reportages furent bien publiés. C’est seulement au printemps 1955 que l’appareil répressif de la censure se mit en marche.

_______________


Concert de musique et chants arabo-andalous

Concert de musique et chants arabo-andalous de Nour-Eddine saoudi -samedi 23 mars 2013 20h30.
Nour-Eddine SAOUDI est né dans une famille algéroise, éprise de poésies et de chants. Il manifeste très tôt des prédispositions artistiques, musicales en particulier. Il est l’élève des derniers grands Maîtres de l’arabo-andalou: Abdelkrim M’HAMSADJI, Abdelkrim DALI, Abderrahmane BELHOCINE et Abderrezzak FEKHARDJI qu’il qualifie de « mémoire vivante d’une partie de mes racines ».
Ce sont ses idoles qui lui feront prendre conscience de la dimension identitaire sans laquelle aucune place ne saurait l’élever dans le concert de la musique universelle. 1er Prix du conservatoire d’Alger, Nour-Eddine SAOUDI y est nommé professeur dès 1978. Il est membre fondateur de prestigieuses associations musicales algéroises avec lesquelles il obtient plusieurs distinctions nationales et maghrébines (El Fekhardjia et Es-Soundoussia).



Email : contact@cca-paris.com

Site : www.cca-paris.com

La revue du CCA : http://www.cca-paris.com/images/stories/revue_kalila/kalila15/pdf/KalilaDec2012.pdf

_
Pictures


Avertissement
founoune.com s'efforce de diffuser des informations exactes et tenues à jour. Toutefois, les informations contenues sur le site ne sont données qu'à titre indicatif, elles peuvent, notamment sur les questions liées à l'actualité, être incomplètes et ne constituent pas une garantie. En utilisant les annonces de founoune.com vous acceptez de ne pas le tenir pour responsable des agissements et des annonces mises en ligne par des utilisateurs. Par la nature gratuite de nos services, et étant donné que la plupart des contenus proviennent des utilisateurs de l'espace founoune annonces, non membres (inscrit), nous ne garantissons pas l'exactitude, la qualité, la sécurité ou la licéité des annonces ou des communications proposées. Le but est d'informer et d'aider les internautes dans leurs démarches, Ces derniers sont donc invités à vérifier auprès des institutions, personnes ou autres citées à vérifier si d'autres informations ou autres sont disponibles ou nécessaires. En conséquence, la responsabilité de founoune.com et founoune.com/annonces ne saurait être engagée sur la seule base des informations dispensées sur l'espace founoune.com/annonces. founoune.com et founoune.com/annonces décline toute responsabilité quant à la disponibilité ou au contenu des sites extérieurs vers lesquels des liens sont établis.